AARo | Gare aval du funiculaire | Bourg Saint Maurice |

Gare aval du funiculaire | Bourg Saint Maurice |

Gare aval du funiculaire
BOURG SAINT MAURICE
ERP

Une identité visuelle

Le premier logo des Arcs créé par Pierre Faucheux, l’architecte du bâtiment « La Coupole » à Arc 1600, représente la stylisation de la structure de la charpente en lamellé collé, composée de 5 lunules identiques avec des systèmes d’entrecroisement d’arcs qui forment une mosaïque de triangles.
Ces triangles illustrent également les trois sommets pour les trois stations envisagées à l’époque, également une forme générale rappelant une spatule de skis pour évoquer la glisse.
Reconduit depuis la création de la station, le symbole du triangle est directement associé à la station des Arcs.
La gare du funiculaire se définissant comme un espace de transition entre le centre-ville et la station, elle prolonge dans son expression architecturale, ses codes identitaires.

L’évidence du tracé régulateur

Outre la dimension symbolique du triangle, cette forme géométrique répond à la configuration en plan du site: Les axes piétons formés par le cheminement depuis les ascenseurs de la passerelle au nord-ouest et le cheminement depuis le parking à l’est sont sécants. L’angle formé par ses deux lignes de composition du projet est de 150 °.

Cet angle à 150° est également l’angle formé par un triangle équilatéral et la bissectrice de son symétrique, suivant le schéma ci-joint.

Outre donc son aspect symbolique, la géométrie triangulaire offre un tracé régulateur idéal pour déployer une architecture extrêmement simple et parfaitement adaptée à la morphologie du lieu.

Une géométrie aux vertus techniques

La couverture du pavillon dispose de trois séries de poutres sur une base de triangles équilatéraux. L’avantage de cette structure spatiale, appelée grille de poutres consiste en la possibilité de disposer des appuis avec une extrême liberté.
Ce type de structure innovante présente l’avantage d’une répartition optimale des charges, permanentes et d’exploitation, donc une économie de matière.
Le bois a été préféré au métal, très présent sur le site (caillebottis, parois de mailles, profilés… etc…); Il offre une alternative plus chaleureuse, en transition vers le cœur de la station des Arcs.
Les piliers sont ancrés sur des massifs bétons isolés et déployés structures de poteaux recomposés à six branches. La structure en caisson se compose de poutres grilles en lamellés collés.
Le pavillon est formé de treillis triangulaires et d’une couverture étanchée, avec porte neige en lames de mélèze, percée de verrières en aluminium.

Une architecture sensible

La toiture triangulaire, en treillis, du pavillon, percée de large puits de lumière, crée divers jeux de lumière à l’intérieur suivant les variations de la course du soleil.
Au zénith, les jeux de lumières de la coupole de verre trace au sol le logo des Arcs.